Compostage

Procédé de fabrication

Le compost résulte de la décomposition biologique et de la stabilisation de substrats organiques. Les conditions de production permettent le développement de températures élevées, résultat d’une production de chaleur d’origine biologique.

Selon les intrants utilisés dans le process de compostage, les produits obtenus peuvent être agronomiquement intéressants et suffisamment stables pour le stockage et l’utilisation sur des sols, sans impacts négatifs sur l’environnement.

Le procédé de compostage se décompose en trois phases :

  • Mélange entre un support carboné et un liquide dans un andain ;
  • Phase thermophile de quelques semaines à quelques mois aboutissant à l’hygiénisation de la matière organique par une montée en température (de l’ordre de 60 – 70°C) ;
  • Phase de maturation de quelques mois.

Compostage d’effluents d’élevage

Sept procédés de compostage agricole ont été suivis par la Chambre d’agriculture (MVAD) et ont fait l’objet d’une synthèse en 1999. Les producteurs de compost (en majorité des éleveurs) étaient fortement motivés à poursuivre cette expérience.

Ces composts étaient fabriqués à partir de :

  • Fumier de volaille et lisier de porc (Salazie) ;
  • Fumier de volaille et lisier de porc (trois Bassins) ;
  • Déchets verts et fumier de bovin (Le Port)
  • Lombri-compostage (Le Tampon) ;
  • Fumier de volaille, papier et lisier de porc (Saint-Pierre) ;
  • Fumier de volaille, copeaux de bois et lisier de porc (Saint-Joseph) ;
  • Ordures ménagères (Le Port)

De manière générale, le compostage à partir de fumier de volaille ou de copeaux de bois donne de bons résultats en milieu tropical. Dans la plupart des cas, l’effluent utilisé est le lisier de porc. En 1999, le coût de fonctionnement des plate-formes incluant le retournement de l’andain par tracteur revient à :

  • 11,43 à 12,96 € / m3 de lisier traité
  • 16,01 à 17,53 € / m3 de lisier traité lorsque le support carboné est acheté.

Cinq fiches sur des composts d’origine agricole ont été crées en 2006, dans le cadre du « Guide de la fertilisation organique à la Réunion ».

Actuellement à la Réunion, les composts agricoles s’écoulent facilement. Leur principale destination est le monde agricole et les utilisateurs en sont satisfaits.

Difficultés de compostage

En 1999, les expériences de compostage agricole ont permis de dégager des recommandations suite à certaines difficultés rencontrées lors de la production de compost :

  • la pluie a perturbé le fonctionnement de certaines plate-formes. Il serait donc nécessaire de couvrir les stations par une bâche dans les régions moyennement pluvieuses et par une toiture dans celles qui le sont plus ;
  • le matériel utilisé n’étant pas toujours adapté au procédé de compostage, la qualité du compost produit a été variable. Les structures collectives de compostage pourraient donc présenter une solution pour les éleveurs de la Réunion.

Vous trouverez, dans d’autres rubriques, des informations sur le gisement et l’actualité relatifs aux composts agricoles et aux composts urbains